Resources

Kanadai Magyar Munkás

Approximately 80,000 Hungarian immigrants arrived in Canada between 1885 and 1959. Early immigrants came to Canada to escape poor economic conditions and a lack of land and employment in Hungary. Canada offered work to these individuals in agriculture, factories and the mining and lumber industries. Later immigrants came as a result of displacement following the Second World War and as refugees following the revolt against Communist rule in 1956. Although some of the early immigrants settled in Alberta and Saskatchewan, the largest population base has developed in Ontario, particularly around Toronto.

The first decade of the 1900s saw the formation of numerous Hungarian mutual benefit insurance associations. These associations provided financial assistance to members affected by the illness, injury, or death of a wage earner in exchange for the payment of a monthly fee. An openly Communist newspaper, the Kanadai Magyar Munkás (Canadian-Hungarian Worker) was published in Hamilton and Toronto by the Canadian Hungarian Sick-Benefit Federation (C.H.S-B.F.) between July 16, 1929 and December 28, 1967. The paper was published weekly in the Hungarian language and edited by István Szőke, a staunch communist supporter.

The Hungarian ethnic press developed in Canada in the 1920s. In the 1930s and 1940s, the Munkás/Worker was one of the two dominant Hungarian newspapers in Canada, the other being the Kanadai Magyar Újság (Canadian Hungarian News), which presented a more conservative view point. During the Second World War, the Munkás/Worker was monitored by the government for reasons of security, and in the 1950s it was a supporter of Stalinist rule in Hungary. The political opinions espoused by the paper influenced its reporting of the 1956 revolution and the arrival of refugees in Canada. Those newly arrived immigrants did not support the views of the existing Hungarian ethnic newspapers, resulting in the creation of new publications in the late 1950s. The Munkás/Worker was replaced by the Új Szó/New Word, published in Toronto between 1968 and 1987.

The entire run of the Kanadai Magyar Munkás, 1929-1967, has been digitized and is made available here.

Collection contributed by: Simon Fraser University

Search the Kanadai Magyar Munkás

Browse the Kanadai Magyar Munkás

Kanadai Magyar Munkás

Environ 80 000 immigrants hongrois sont arrivés au Canada entre 1885 et 1959. Les premiers immigrants ont choisi de venir vivre au Canada en raison de la médiocrité de la conjoncture économique, de la rareté des terres et du taux de chômage élevé dans leur pays. Le Canada a permis à ces ouvriers de travailler dans l’industrie agricole, dans les usines, dans les mines et dans l’industrie du bois. Après la deuxième guerre mondiale, plusieurs Hongrois furent déplacés et se sont réfugiés au Canada en raison du mouvement révolutionnaire s’opposant au règne communiste instauré en 1956. Certains immigrants se sont établis en Alberta et en Saskatchewan, mais une large proportion de ces premiers immigrants s’est installée en Ontario, plus particulièrement dans la région de Toronto.

La première décennie des années 1900 fut témoin de l’établissement de nombreuses associations d’assistance mutuelle hongroises. En échange d’une cotisation mensuelle, ces associations offraient de l’aide financière aux membres souffrant d’une blessure ou d’une maladie, ou touchés par le décès d’un membre de la famille qui était salarié. Le Kanadai Magyar Munkás (Travailleur canadien hongrois), un journal affichant ouvertement ses tendances communistes, fut publié à Hamilton et à Toronto par la Canadian Hungarian Sick-Benefit Federation (C.H.S-B.F.) du 16 juillet 1929 au 28 décembre 1967. L’hebdomadaire était publié en hongrois et son éditeur, István Szőke, était un partisan acharné du parti communiste.

La presse ethnique hongroise a connu un essor au Canada dans les années 1920. Pendant les années 1930 et 1940, le Munkás était l’un de deux journaux hongrois dominants au Canada, le deuxième étant le Kanadai Magyar Újság (Infos canadiennes hongroises), qui présentait un point de vue plus conservateur. Pendant la seconde guerre mondiale, le Munkás était surveillé par le gouvernement pour des raisons de sécurité et dans les années 1950, il était partisan du règne staliniste en Hongrie. Les opinions politiques endossées par le journal ont influencé ses écrits sur la révolution de 1956 et l’arrivée des réfugiés au Canada. Ces nouveaux immigrants ne partageaient pas les opinions des journaux ethniques hongrois de l’époque, ce qui a provoqué la genèse de nouvelles publications à la fin des années 1950. Le Munkás fut remplacé par le Új Szó/Nouveau mot, publié à Toronto de 1968 à 1987.

Le tirage complet du Kanadai Magyar Munkás de 1929 à 1967 a été numérisé et est disponible sur ce site.

Contribution de la bibliothèque de l’Université Simon Fraser

Search the Kanadai Magyar Munkás

Browse the Kanadai Magyar Munkás